Contraceptifs Oraux chez les carnivores domestiques

Publié le par Oeuvre Collective


COMMISSION NATIONALE DE
PHARMACOVIGILANCE VETERINAIRE
RAPPORT DEXPERTISE DE PHARMACOVIGILANCE
relatif à l'AVIS CNPV 02 du 9/12/2003

Evaluation des effets indésirables
à court et moyen terme des progestatifs oraux
à base d'acétate de mégestrol
utilisés pour la prévention et l'interruption des
chaleurs chez les carnivores domestiques
Commission du 9 décembre 2003

La Commission Nationale de Pharmacovigilance Vétérinaire a été saisie le 30 mai 2002 par l'AFSSA
ANMV (Agence nationale du médicament vétérinaire) d'une demande d'avis relative aux effets indésirables à
court et à long terme des progestatifs oraux à base d'acétate de mégestrol utilisés pour la prévention et
l'interruption des chaleurs chez les carnivores.

Cette demande résulte de deux plaintes émanant de propriétaires de chatte et faisant état, après prise d'un
médicament vétérinaire à base d'acétate de mégestrol de l'apparition dun pyomètre compliqué d'insuffisance rénale aiguë après une seule prise, de tumeurs mammaires après plusieurs prises.

Dans les deux cas, les affections utérine et mammaire ont entraîné le décès de l'animal.

Ces plaintes insistent sur la carence d'informations concernant les risques accompagnant la prise de ce médicament à la fois sur la notice du médicament et lors de l'achat chez le pharmacien (ce produit étant distribué
exclusivement dans les officines).

L'acétate de mégestrol est un progestagène stéroïde synthétique dérivé de la progestérone utilisable uniquement par voie orale.

Son effet contraceptif résulte de l'inhibition au niveau hypothalamique de la
sécrétion pulsatile de GnRH et donc secondairement, de la sécrétion cyclique hypophysaire de FSH et de LH, induisant ainsi un anoestrus prolongé.

Cette molécule, comme les autres progestagènes de synthèse, a également une affinité non sélective pour les récepteurs à la progestérone présents dans les organes cibles des hormones stéroïdes sexuelles comme l'utérus et les mamelles : sur l'utérus, l'acétate de mégestrol peut induire une hyperplasie glandulokystique
d'intensité variable et sur la mamelle elle provoque une augmentation de la production locale de facteurs de croissance GH (hormone de croissance) et IGF 1-5 (Insuline like growth factors) conduisant à une hypertrophie mammaire. Elle possède également une action centrale sur le système limbique et antagonise l'effet de linsuline.

Médicaments vétérinaires à base d'acétate de mégestrol pour le traitement et l'interruption des chaleurs chez le chat.

Felipil
Megecat
Mégépil
Pilucalm
Minipil
Pill'kan
Megedine
Opochaleurs

Certains de ces médicaments vétérinaires, Mégécat, Mégédine peuvent être aussi
utilisés pour traiter les dermatites miliaires. (NDL : derma-chat, ancien de pruritex).

Effets secondaires de l'acétate de Megestrol :

Tumeur de l'appareil génital
Tumeur des ovaires ou de lutérus
Pyomètre
Métrite, pertes vaginales
Hypertrophie utérine
Tumeur de la glande mammaire
Hyperplasie mammaire
Odème de la glande mammaire
Abcès de la glande mammaire
Hypertrophie la glande mammaire
Effet sur la reproduction : Mort ftale / momification
Hyperglycémie
Hypoglycémie
Congestion, cyanose
Alopécie
Erythème
Déshydratation cutanée
Prise de poids, perte de poids
Hyperesthésie, agressivité
Dépression, apathie, léthargie
Ataxie, parésie
hyperthermie, hypothermie,
procidence de la 3ème paupière
anémie, lymphocytose,
thrombocytopénie
insuffisance rénale, tumeur rénale,
hématurie
Incontinence urinaire

Foie : cirrhose, ictère, tumeur hépatique
Poumon : dyspnée
Abdomen : Douleur abdominale, péritonite, pancréatite
Tractus digestif : anorexie, polydipsie, salivation, vomissement, constipation, diarrhé.

Aucune information sur le délai d'apparition des effets indésirables par rapport au
début du traitement n'est disponible. Toutefois, lorsque l'on dispose de l'information, de très grandes
variations sont relevées quant au moment d'apparition des pyomètres ou tumeurs mammaires : de 2 jours après le début de la prise à 10 ans pour l'apparition d'un pyomètre et de 15 jours à 6 ans pour l'apparition d'une tumeur mammaire.

Données concernant lutérus.

L'hypertrophie de l'endomètre due à l'acétate de mégestrol est prouvée chez 10 chattes préalablement ovariectomisées recevant 10 à 30 mg dacétate de mégestrol par semaine . Les lésions, sauf chez une chatte qui déclare un pyomètre (lot 30 mg), régressent partiellement après larrêt du traitement. Elles existent également chez les chattes non ovariectomisées .
Une étude a permis de mieux cerner le pourcentage de métropathies : 1 cas pour 244 chattes traitées pendant 3,5 ans.

Données concernant la mamelle

Dans l'espèce féline, l'acétate de mégestrol provoque des effets au niveau de la mamelle et des hypertrophies mammaires. Des auteurs ont établi le lien entre les modifications non néoplasiques dominées en fréquence par la fibroadénomatose et la distribution de lacétate de mégestrol.

Une enquête très récente du GERES (groupe détude en élevage et sport canin) conduite par le Dr Martine LENNOZ (résultats non encore publiés) a montré que sur 53 cas de fibroadénomatose, 13 avaient reçu un traitement progestagène et que ces proliférations mammaires peuvent survenir dès la première imprégnation
hormonale avec des doses dacétate de mégestrol normales. L'apparition des hyperplasies mammaires impose un arrêt du traitement progestagène. La régression des lésions est souvent incomplète .

Le lien entre acétate de mégestrol et cancer de la mamelle n'est pas prouvé mais suspecté : une première publication relate que 3 cancers sur les 17 cas de modifications mammaires sont dues à l'acétate de mégestrol et une seconde signale que sur 17 cas de carcinome mammaire, 4 se sont développés sur des chattes recevant de la progestérone.

Autres données

De nombreuses publications font le point sur les effets indésirables, décrits chez le chat suite à l'administration d'acétate de mégestrol tels que hypoadrénocorticisme, diabète sucré, modifications comportementales (agressivité ou dépression, polyphagie) et prise de poids.

Publié dans Pilule

Commenter cet article