Le Coryza

Publié le par Oeuvre Collective

Le Coryza

Le Coryza est une maladie contagieuse (comme une grippe chez l'humain) qui est due à l'association de virus et de bactéries qui atteignent toute la sphère bucco-pharyngée du chat (herpes virus, calicivirus, reovirus, souvent associés à Chlamydia): ulcères dans la bouche, écoulement nasal purulent, conjonctivites infectieuses parfois associées à une atteinte de la cornée. La période d'incubation se situe entre 2 et 5 jours. Si elle n'est pas souvent mortelle, cette maladie est toutefois très invalidante pour l'animal. Elle devient fréquemment chronique, et le chat fait régulièrement des rechutes. Il a le nez bouché, refuse de s'alimenter et même souvent de boire. Tous ces symptômes associés à de la fièvre entraînent un profond état de faiblesse pouvant conduire au décès si des traitements ne sont pas entrepris rapidement.Ce sont des maladies différentes, dues à des virus de différents type: trois agents pathogènes peuvent être à l'origine de ce syndrôme.


- La rhinotrachéite virale (herpès provoquant une ophtalmie purulante). Herpèsvirus qui se transmet par la voie nasale (contact direct ou donné par la mère à son chaton) et qui provoque une kératite ulcéreuse avec conjonctivite, un jetage purulent et une trachéite sévère. Il présente la capacité d'infecter le ganglion trijumeau où il reste en latence jusqu'à ce qu'un événement le réactive (glucocorticoïdes, lactation, changement de milieu, etc...). Peu résistant dans le milieu extérieur.

- Le calicivirus due à un calicivirus (picornavirus), est excrété par la salive, le jetage nasal ou oculaire et se propage par la voie oronasale, donne un jetage séreux, une conjonctivite mais aussi et surtout une stomatite (langue) ulcéreuse avec ptyalisme (salivation abondante) et une anorexie suite à la difficulté d’avaler causée par la douleur provoquée par les ulcères. Chez le chaton, il se produit parfois aussi des arthrites légères et transitoires. Très résistant dans le milieu extérieur (jusqu'à 28 jours à température ambiante et plus s'il est dans du matériel organique). Il est à noter qu'il peut aussi parfois provoquer une pneumonie.

- Le réovirus (chez le châton, genre de conjonctivite). Le réovirus qui provoque une rhinite et une conjonctivite séreuses et une stomatite.

- La Chlamydiose due à une bactérie intra cellulaire la chlamydia se traduisant entre autres par un oedème de la conjonctive (chémosis) et avec des rechutes possibles. Mais les symptômes peuvent être trés variés et plusieurs microorganismes associés.

Deux nouveautés scientifiques au sujet des calicivirus :

* Le phénomène de la quasi-espèce : c'est un virus à ARN qui subi des erreurs de copiage lors de sa multiplication chez le chat. Ce dernier peut donc être contaminé par des virus ayant un haut degré de parenté mais qui présentent malgré tout des petites différences responsables de résistances et de chronicité, c'est pourquoi il faut bien choisir un vaccin pouvant protéger le chat contre ce phénomène.

* L'apparition aux USA (il n'y a pas encore de cas recensés en Europe) d'une souche hypervirulente qui entraîne des hémorragies avec un taux de mortalité pouvant atteindre 50% ! Elle présente une grande ressemblance avec lamaladie hémorragique du lapin. Pour une raison encore inconnue, on l'observe de manière sporadique à certains endroits et elle disparaît en 7 à 8 semaines après s'être manifestée par les signes classiques de la calicivirose accompagnés d'une jaunisse, d'oedèmes cutanés, de croûtes, de pertes de poils et d'ulcères au niveau de la peau, on constate aussi des vomissements et de la diarrhée suivis d'ecchymoses, d'epistaxis et d'hémorragies.



SYMPTÔMES



Atteinte des voies aériennes supérieures (éternuements répétés, écoulement ou pus au niveau des narines, difficultés à respirer, nez et yeux qui coulent, ulcérations dans la bouche, appétit fortement diminué, conjonctivite c'est à dire que les yeux coulent, sont rouges parfois présence de pus). Non traité ce virus peut provoquer le cécité chez le chat et parfois même la mort sur certains chatons deja faibles.

- Herpes virus félin type 1, rhinotrachéite infectieuse:Kératite ulcéreuse (inflammation de la cornée avec ulcère), jetage, trachéite sévère =>évolution lente mais localisée à la sphère ORL
- Calicivirus: Jetage, conjonctivite, stomatite (inflammation de la bouche), anorexie => évolution rapide, bénin si virus seul.
- Reovirus: Rhinite, conjonctivite, stomatite => évolution rapide , bénin.

Au final: abattement, anorexie,inflammations oculaires, nasales, buccales (oeil qui pleure, nez qui coule, anorexie),voire toux.


Certaines complications peuvent survenir : atteintes graves des yeux, pneumonie, nécrose des sinus nasaux.

* Diagnostic:Association, conjonctivite, rhinite, stomatite, forte contagiosité.




TRANSMISSION



La contamination se fait par les éternuements et les expectorations.

Très contagieuse, cette maladie est volatile, on peut l'introduire chez soi via les semelles des chaussures.


TRAITEMENT



Il fait appel à des antibiotiques en comprimés pendant une à plusieurs semaines pour éviter les surinfections ( les virus créent les premières lésions sur lesquelles viennent se développer des bactéries (sensibles elles à certains antibiotiques)), à des anti-inflammatoires pour faire baisser la fièvre et favoriser la reprise de l'appétit, peuvent également être prescrits par votre vétérinaire, à un sérum spécifique contre les virus, des antiviraux contre les herpès virus, un traitement de soutien, éventuellement des inhalations de produits balsamiques etc..., à des nettoyages des yeux et du nez avec des produits adaptés, à un collyre pour traiter l'atteinte des yeux. Complications ultérieures: passage au mode chronique avec résurgence régulière de ces symptômes d'où l'intérêt de bien vacciner son ou ses chats.

L'administration de sérums contenant des anticorps est envisagée dans les cas graves.

Dans tous les cas, il est conseillé de garder le chat au chaud pendant la durée de la maladie afin que la guérison soit plus rapide.



PREVENTION

La vaccination est recommandée pour protéger votre chat contre le coryza.

Le vaccin est efficace dés 7 à 8 semaines d'âge. Rappel un mois aprés puis tous les ans. On ne peut pas vacciner une femelle gestante.

Pour herpes virus la protection est peu efficace avant 6 mois (vaccin R sur le carnet si RCP = rhinotrachéite)
Pour calicivirus le vaccin est efficace, rappels tous les ans (vaccin C = calicivirose)

Une fois la guérison obtenue par des antibiotiques et des anti-inflammatoires spécifiques au chat les récidives sont fréquentes. Pour éviter ce problème il faut vacciner le chat.


Il ne faut jamais utiliser d’anti-inflammatoires non stéroïdiens humains chez le chat (aspirine, etc.) car il n’arrive pas à les métaboliser (éliminer) et donc ceux-ci restent dans le sang et provoquent à terme chez la plupart des chats des hémorragies. En cas de prise accidentelle il faut consulter au plus vite un vétérinaire.


Il faut aussi isoler les malades pour éviter les contaminations trés rapides dans les grands effectifs.

Sources:

Claire élève vétérinaire

et:

Publié dans Maladies Chats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PtiRoméo 02/07/2010 14:00



Votre blog est super,  j'aurai tant voulu savoir que mon chat pouvait devenir anorexique ou anemié. 


Il souffrait d'une calicivirose, lorsque je l'ai eu à la spa il était déja porteur, je l'ai vacciné, et j'avai tenté le traitement d'interferon en vain. Etant donné qu'il était en crise et qu'il
mangeait pas ou peu il était difficile de voir qu'il était anemié, jeudi dernier il avait eu son traitement antibio et cortisone (j'avai attendu le plus possible en espérant trouver
autre chose que antibio et surtout cortisone, mais tous les veto que j'ai vu avait l'air de pas savoir quoi faire d'autre), j'ai attendu que ca fasse effet, lundi, il etait toujours faible et
abattu mais il est sorti qd meme il a mangé un peu le soir et j'avai donc espoir. Par contre j'ai remarqué qu'il avait bu beaucoup, le lendemain j'avai décidé de le garder enfermer au
calme il n'a pas mangé et tenait plus debout, j'ai pris rdv en urgence au veto, j'avai rdv a 16h30 en attendant sa a évoluer rapidement, il a vomi faisait ses besoins sur lui buvait beaucoup, en
fait il était en train d'agoniser car le véto à vu tout de suite l'anémie et a supposé l'ulcere a l'estomac. Il m'a d'abord proposer de le garder et mettre sous perf, j'ai hésité mon copain à
réussi à lui faire dire qu'il valait mieux l'endormir. Il est donc mort mardi, il avait 3 ans seulement.


Si j'avai su j'aurai agit plus rapidement pour lui donner son traitement, pensez-vous que ça aurait changé quelque chose ?


je reproche aux veterinaires de ne pas informer les gens de la tournure que ça peut prendre , il avait juste des lésion dans la gueule, fièvre et abbattement, je pensait qu'il avait de la chance
par rapport à d'autre, il respirait normalement, pas d'écoulement.