Tumeurs Mammaires chez la chienne

Publié le par Oeuvre Collective

DIMINUER LES RISQUES

Les tumeurs mammaires sont les affections cancéreuses les plus fréquentes chez la chienne. On peut les prévenir presque totalement en stérilisant les chiennes avant les premières chaleurs. A part cette méthode, une bonne observation de la chienne et la connaissance des circonstances d'apparition de ces tumeurs peuvent permettre une intervention précoce, gage de la guérison.

25 à 50 % des cancers du chien, selon les études, sont des tumeurs de la mamelle. Parmi ces tumeurs, la moitié environ sont malignes. On les retrouve dans toutes les races.

Classiquement, une tumeur mammaire apparaît comme un petit nodule ou un durcissement d'une ou plusieurs mamelles. Certaines vont demeurer longtemps de la même taille alors que d'autres vont "pousser" à toute vitesse. Pour cette raison, la palpation de toute anomalie de la mamelle de la chienne doit inciter à consulter au plus vite le vétérinaire. En effet, un des facteurs de pronostics les plus fiables est la taille de la tumeur plus elle est de taille importante, plus elle risque d'être maligne et de mettre en danger la vie de la chienne.

Des hormones, les oestrogènes, semblent jouer un rôle déterminant dans l'apparition de ces tumeurs. Des études on montré qu'une chienne non stérilisée a quatre à sept fois plus de chances de développer une tumeur qu'une chienne ovariectomisée. La prévention est quasi totale si la stérilisation est pratiquée entre 6 et 9 mois. Ainsi, si vous vendez une chienne à un particulier qui ne désire pas la faire reproduite, il faut lui conseiller de faire pratiquer la stérilisation. Plus on attend pour stériliser la chienne et plus le risque augmente : au bout des troisièmes chaleurs, la stérilisation ne semble plus avoir un effet protecteur.

MALIGNE OU BENIGNE

La première question à se poser quand on palpe une grosseur au niveau de la mamelle est de savoir si la tumeur est bénigme ou maligne. Le vétérinaire ne peut l'affirmer sans examen histopathologique (examen du tissu tumoral au microscope). Cet examen peut se faire par biopsie (on prélève avec un appareil spécial un petit morceau de la tumeur) mais il arrive que la taille de l'échantillon soit trop petite pour qu'on puisse se prononcer. La meilleure chose à faire face à une tumeur mammaire est de l'enlever pour la faire analyser.

La seconde étape est de vérifier si la tumeur ne s'est pas disséminée dans d'autres organes (on parle de métastases). La tumeur métastase fréquemment dans les ganglions voisins et dans les poumons. D'autres sites de métastases plus rares incluent le coeur, le foie et les reins mais toute autre partie du corps peut être atteinte.

TRAITEMENT

Le traitement de choix est l'exérèse de la tumeur. L'opération n'est indiquée que pour des chiennes n'ayant pas de métastases.

Autrement, la chirurgie ne sera que palliative : enlever la tumeur n'empêchera pas les métastases à distance de continuer à se développer. Dès lors, il est fréquent que le vétérinaire fasse passer à la chienne une radiographie des poumons avant de se décider à l'opérer.

L'opération n'est possible, par ailleurs, que si la tumeur n'est pas trop importante.

Votre vétérinaire pourra procéder de manières différentes : les mamelles communiquent entre elles et il est fréquent d'enlever 3 voire 5 mamelles même si elles ne sont pas atteintes au moment de l'opération. Il enverra ensuite les tumeurs à analyser à un laboratoire spécialisé. En 7 à 10 jours, les résultats arriveront et vous serez fixé.

Même si la tumeur est maligne, l'issue n'est pas forcément fatale. Quand elles ont pu être totalement enlevées, la récidive n'est pas certaine.

Une fois que la cicatrisation est obtenue, il faudra fréquemment examiner les mamelles à la recherche d'éventuelles récidives.

Publié dans Maladies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article